SÉMINAIRE AUTOMNAL

« L’IMAGE SANS L’HOMME » 23 et 24 octobre 2017

LE BAL en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale, le ministère de la Culture, le Centre national des arts plastiques, L’École des hautes études en sciences sociales.

LE BAL est une plateforme indépendante d’exposition, d’édition, de réflexion et de pédagogie, dédiée à l’image sous toutes ses formes : photographie, cinéma, vidéo, nouveaux médias. Association à but non lucratif créée en 2010 par Raymond Depardon et Diane Dufour, LE BAL et son pôle pédagogique, La Fabrique du Regard, mènent, chaque année un travail en profondeur avec plus de 2 000 jeunes de 6 à 18 ans. L’objectif : leur permettre de penser le monde en images. Chaque automne, un séminaire est proposé à la communauté éducative et culturelle.

 

THÉMATIQUE 2017 : « L’IMAGE SANS L’HOMME »

« Sans doute assiste-on à un décentrement inédit du regard humain. Car le voilà qui glisse, en de nombreuses occurrences, d’une obsession narcissique tenace à des visions beaucoup plus désincarnées, sinon dépeuplées. Ce sont des visions portées sur la nature, le lointain, et même les lieux vides, et qui font écho aux rêves de plus en plus fréquents de retrait hors- du-monde. Ce sont des fascinations iconographiques pour les étendues vierges, pour les règnes annexes (animaux, végétaux, minéraux…), pour les vertiges du cosmos, pour les histoires autres en marge de notre espèce – des récits « alternombrilistes ». Mieux encore : en sus d’images produites par les humains d’où les humains sont refoulés, affleurent aujourd’hui des lots d’images non-humaines, engendrées par autre chose que l’Homme : par des algorithmes, mais aussi – dit-on depuis Ernst Haeckel – par toutes les composantes du monde, comme si celles-ci étaient douées d’une force artistique immanente.

C’est donc à double titre qu’il faut constater le développement d’un nouveau régime de l’image, un régime qu’on pourrait qualifier d’anthropofuge. Et pourtant, ces images qui fuient les traces de la société, de la civilisation pour traquer toutes les modalités de la nature nous parlent bel et bien de nous-mêmes ; elles matérialisent des aspirations et des craintes politiques absolument cruciales. Elles donnent à la fois à voir les limites du culte progressiste, elles font éclore d’autres manières d’être-au-monde, elles sont des vigies écologiques. L’avènement massif de l’image sans l’Homme ne saurait être platement, banalement, le constat figé et réjoui d’un monde débarrassé de l’Humain : c’est plutôt une nouvelle forme qui est en cours d’invention, qui vient raconter le monde et dire les rapports incertains de notre espèce en son sein. »

Thomas Schlesser, modérateur du séminaire, est directeur de la fondation Hartung-Bergman, professeur d’histoire de l’art à l’école polytechnique. Il a publié récemment L’univers sans l’homme, les arts contre anthropocentrisme aux éditions Hazan (2016).

Dès cet été, retrouvez la liste les intervenants invités sur le site du BAL www.le-bal.fr

 

OBJECTIFS RECHERCHÉS : explorer les enjeux de l’image contemporaine et appréhender dans toute sa diversité la notion de « document visuel ». La thématique abordée donne lieu à des contributions théoriques, présentations et analyses d’œuvres, dispensées par des artistes, écrivains, philosophes, historiens, anthropologues, commissaires d’exposition. Une visite commentée de l’exposition Clément Cogitore, Braguino ou la communauté impossible au BAL est proposée en soirée pour envisager des prolongements.

PUBLICS CONCERNÉS :
Pour le ministère de l’Éducation nationale : Inspection générale primaire et secondaire (groupes enseignements et éducation artistiques, lettres, philosophie, histoire-géographie), personnels de Réseau Canopé, IEN, IA-IPR, personnes ressources (professeurs relais, personnel formateur), DAAC, personnels d’encadrement, enseignants et personnes associées des premier et second degrés.
Pour le ministère de la Culture : personnel du ministère, artistes, professionnels de la culture, étudiants en arts.

HORAIRES ET DATES : lundi 23 et mardi 24 octobre 2017 de 9h à 18h
LIEUX : École des hautes études en sciences sociales – EHESS, 105, Bd Raspail 75006 Paris / LE BAL 6, impasse de la Défense 75018 Paris
PARTICIPATION : 250 places – gratuit sur inscription. Les frais de transport, d’hébergement, de restauration ne sont pas pris en charge.

 

Retrouvez les précédentes éditions dans la collection des CARNETS DU BAL :

LES CARNETS DU BAL 08, L’image, événement intérieur, coédition LE BAL / Éditions Textuel / Centre national des arts plastiques, Paris, octobre 2017, 240 p, direction éditoriale Bertrand Schefer

LES CARNETS DU BAL 07, usages géopolitiques des images, coédition LE BAL / Éditions Textuel / Centre national des arts plastiques, Paris, octobre 2016, 240 p, direction éditoriale Jacinto Lageira

LES CARNETS DU BAL 06, Avant l’image, des dispositifs pour voir, coédition LE BAL / Éditions Textuel / Centre national des arts plastiques, Paris, octobre 2015, 240 p, direction éditoriale Guillaume Le Gall

LES CARNETS DU BAL 05, La persistance des images, coédition LE BAL / Éditions Textuel / Centre national des arts plastiques, Paris, octobre 2014, 240 p, direction éditoriale Guillaume Le Gall

LES CARNETS DU BAL 04, Que peut une image ?, coédition LE BAL / Éditions Textuel / Centre national des arts plastiques, Paris, octobre 2013, 224 p, direction éditoriale Dork Zabunyan

LES CARNETS DU BAL 03, Les images manquantes, coédition LE BAL / Images en Manœuvres Éditions / Centre national des arts plastiques, Paris/ Marseille, octobre 2012, 256 p, direction éditoriale Dork Zabunyan

LES CARNETS DU BAL 02, L’image déjà là, usages de l’objet trouvé photographie et cinéma, coédition LE BAL / Images en Manœuvres Éditions, Paris / Marseille, octobre 2011, 231 p., direction éditoriale Jean-Pierre Criqui

LES CARNETS DU BAL 01, L’image-document, entre réalité et fiction, coédition LE BAL / Images en Manœuvres Éditions, Paris / Marseille, octobre 2010, 222 p., direction éditoriale Jean-Pierre Criqui

Pour en savoir plus, consulter le courrier suivant : courrier LE BAL